Accueil » Vêtement » Chaussure » Crampons de rugby : comment les choisir ?

Crampons de rugby : comment les choisir ?

Une pluie torrentielle et glacée, l’herbe verte transformée en un magma informe et boueux, des joueurs goguenards prêts à en découdre, le sourire aux lèvres et des plaques de fer clouées à leurs chaussures… Cette scène se déroule dans n’importe quel champ de la perfide Albion, aux premiers temps de notre sport favori. Pratiqué en amateur (et pour longtemps encore), les joueurs ont pour habitude de bricoler de banales paires de chaussures de ville. On fait avec les moyens du bord pour gagner en adhérence et, au passage, dispenser quelques caresses amicales dans les rucks ou châtier les imprudents qui franchissent la ligne de hors-jeu. Les barres cloutées des premiers temps céderont vite la place aux crampons de rugby en cuir, plus légers, avant l’avènement des vissés, plus accrocheurs, dont l’invention est attribuée à Adidas dans les années 50.
Hormis les souliers des joueurs et quelques ajustements législatifs, le rugby n’a que peu changé depuis ses débuts. Les chocs frontaux en première ligne, les arabesques chaloupées des ailiers ou les relances en zigzag des arrières, toutes ces actions qui font frémir les foules seraient impossibles sans une accroche de qualité et une paire de crampons de rugby efficaces. Il en existe de multiples. Les formes, les matières et leur nombre sont déterminés par de nombreux facteurs que nous allons vous détailler. Rappelez-vous que choisir vos crampons de rugby, c’est bâtir les fondations de votre maison. Suivez le guide.

De bons crampons sur une bonne chaussure

Les pieds, c’est la base comme le savent bien les amateurs de petites randos champêtres dans les Landes. Les crampons de rugby doivent donc être solidaires d’une chaussure de qualité. Lors de votre achat, prenez bien soin d’essayer vos chaussures avec une chaussette de rugby. Même si leur épaisseur tend à diminuer avec le temps, il est toujours bon de faire un essai en conditions réelles.
Prêtez également attention à la tige qui doit être adaptée à votre poste. Souple pour les avants, légères et moulantes pour les trois quarts ou à laçage asymétrique pour les buteurs, référez-vous à notre page dédiée à la chaussure pour y voir plus clair.
La matière utilisée pour les semelles extérieures et intérieures et la forme du talon, toutes ces caractéristiques doivent être étudiées en fonction, là encore, de votre poste (avant ou arrière ?), de votre profil (coureur ou buteur ?) et des conditions climatiques dans lesquelles vous évoluerez (Toulon ou Glasgow ?). Le crampon de rugby, lui, contribue pour une large part à votre adhérence sur le terrain et mérite donc une attention particulière.

Le crampon de rugby, une arme à affûter

Si les plaques de fer cloutées sont désormais interdites, au même titre que les fourchettes aux yeux, l’emploi d’armes par destination sur le pré et autres joyeusetés, le crampon de rugby reste une arme incontournable dans le jeu moderne. Certains arrières cherchent encore Bryan Habana et ses crochets de rêve tandis qu’on rapporte qu’une poussée de Califano en mêlée, prise malencontreusement sur le groin par son camarade d’en face, l’aurait depuis laissé un peu chèvre. Pour envoyer du bois sur le terrain, il est indispensable de se chausser bien à propos. Petit guide pratique des bonnes questions à se poser.

Dans quelles conditions vais-je jouer ?

Un match en pleine tempête hivernale à Dublin et un autre sous le cagnard de la saison sèche à Brisbane ressemblent à deux sports différents. Glissades, plaquages manqués et ballons qui fusent poussent les joueurs à jouer au pied sous la pluie tandis qu’un soleil éclatant est plus propice à l’instauration du beau jeu. Pour adhérer sur terrains gras, les crampons vissés sont recommandés. Plus le terrain est souple, plus les crampons doivent être longs pour se planter profondément dans le sol. Sur terrains secs et synthétiques, les crampons moulés permettent de développer un jeu plus fluide grâce à leur légèreté.
Les crampons hybrides permettent de combiner la souplesse et la légèreté des moulés tout en bénéficiant d’une bonne accroche sur terrain gras. Les joueurs en quête de polyvalence se reportent souvent sur ce choix stratégique. En effet la position du joueur sur le terrain est un élément important dans la sélection des crampons.

Quelle est ma position sur le terrain ?

Courir ou pousser ? Telle est la question que doit se poser tout joueur de rugby avant de choisir ses crampons. Si l’interrogation semble bien tranchée, elle est pourtant centrale. Les joueurs d’aujourd’hui sont de plus en plus polyvalents, certes, mais il est tout de même rare de voir un talonneur filer à l’anglaise en frôlant la ligne sur 60m avant de toucher la terre promise. Le rugby est un sport d’équipe aux rôles bien déterminés, ayant produit des équipements particuliers à chaque poste et notamment les crampons.
Les piliers et le talonneur recherchent une traction maximale pour pousser fort et s’ancrer dans le sol. Leurs chaussures sont donc pourvues de 8 crampons pour maximiser les points de contacts avec le sol. Même combat en seconde ligne. La troisième, quant à elle, choisira le nombre de ses crampons en fonction de son profil et du rôle tactique qui lui est attribué.
Le demi de mêlée, demi d’ouverture et les centres voyagent beaucoup sur le terrain et leur position les amène souvent à jouer au pied. S’il veut se faire la valise sans se faire attraper par les gros, le n°9 a intérêt à tenir le terrain. Là encore, tout dépend du profil du joueur mais les modèles à 6 crampons ou les hybrides assurent un bon compromis entre stabilité et liberté de mouvement. Ils conviendront également aux arrières et ailiers qui ont besoin d’accroches sûres pour les relances ou les cadrages débordements et de légèreté pour les longs raids solitaires.

Existe-t-il des interdictions ?

Comme dit précédemment, le crampon de rugby est une arme dangereuse, surtout si elle se présente sous la forme de crampons en alu vissés. C’est pourquoi de nombreuses écoles de rugby prohibent leur utilisation pour les catégories de jeunes. Renseignez-vous bien sur les dispositions mises en place par votre club ou association avant de faire votre achat.
Notez par ailleurs, que de plus en plus de municipalités, gestionnaires de terrains synthétiques, refusent l’entrée aux joueurs équipés de crampon de rugby en alu pour protéger le terrain et augmenter sa durée de vie. Ayez donc toujours deux paires de chaussures.

Quel est mon profil de joueur ?

Si le positionnement sur le terrain est indéniablement le critère de base auquel se référer, il est tout de même recommandé d’adapter son équipement aux spécificités physiques, techniques et athlétiques dont on dispose. Les postes polyvalents sont concernés au premier chef. Une paire de centre efficace se partage généralement les tâches en fonction de leurs aptitudes respectives. L’un est plutôt coureur, tandis que l’autre percute. Ces spécificités amènent à différencier l’équipement. Le port du casque, par exemple. Et une paire de crampons légers pour le lièvre, des vissés ou hybrides pour le cochon.
Les buteurs doivent également adapter leur équipement. En plus de disposer d’une chaussure légère avec un laçage asymétrique, leurs crampons doivent également être légers pour ne pas gêner la frappe. Les arrières, eux, présentent des profils très différents en fonction de leur formation initiale. Là encore, ils devront mettre des godillots ajustés à leur talent et adaptés à leurs zones de confort.

En adepte de ce sport, nous apprécions toujours de voir un maul bien formé aller au bout ou un cadrage débordement bien propre qui laisse la paire de chevilles de l’arrière plantée dans le sol. Mais, jamais, nous n’avons apprécié en faire les frais. Qu’il s’agisse de défense ou d’attaque, la stabilité est un aspect fondamental de la pratique du rugby. Et si vous ne voulez pas vous faire chambre par votre adversaire, la foule ou les copains sous la douche, il est vivement conseillé de s’équiper de crampons efficaces et adaptés à votre profil. A bon entendeur, salut !

Crampons de rugby : comment les choisir ?
4 (80%) 1 vote